Après sa chute à Roubaix, il vient de se classer 2e d’une étape de la Ronde de l’Oise.

Jonas Castrique a vu, ces dernières semaines, son coéquipier Sylvain Moniquet sérieusement se rapprocher de lui en tête du DH Challenge Ekoï. Moniquet vient d’enchaîner les résultats, lui qui s’est encore classé cinquième, dimanche, de la classique Romsée-Stavelot-Romsée. Mais Jonas Castrique a également repris des points, grâce à ses prestations sur la Ronde de l’Oise, où il est passé à un boyau d’une victoire d’étape.

"Je suis effectivement passé très près de la victoire lors de la dernière étape, je termine deuxième, j’ai été battu d’un rien par Bryan Alaphilippe (NdlR : le frère de Julian)", commente le coureur de Wallonie Bruxelles Development Team. "C’est dommage, cela aurait été une belle victoire sur une course UCI de catégorie 2. Mais je reste malgré tout satisfait, car il s’agissait pour moi d’une course de reprise."

Après avoir vécu l’enfer sur Paris-Roubaix espoirs. Très ambitieux sur la classique des moins de 23 ans, il y avait lourdement chuté. "Il devait y avoir quelque chose sur la route, car nous sommes tombés à plusieurs", poursuit le coureur hennuyer. "J’ai été au bout, mais j’ai vraiment été bien brûlé et j’ai mis du temps à m’en remettre. J’ai arrêté plusieurs jours. La Ronde de l’Oise était donc une reprise. Et cela a été assez rassurant. Notamment avec cette deuxième place, surtout que c’était au sprint massif, alors que je n’avais plus l’habitude d’aller faire des sprints en peloton."

Il sera au Grand Prix Color Code, ce dimanche, à Bassenge. Avec l’envie de confirmer. "Je suis en dernière année chez les espoirs", termine-t-il. "Mon ambition est de passer chez les pros l’an prochain. Je dois donc continuer à enchaîner les résultats, pour montrer que je mérite un contrat pour la saison prochaine."