Désormais à Anderlues, le médian retrouve Belœil, son ancien club ce dimanche

En rejoignant Anderlues, promu en P1, Maxime Leroy a surpris pas mal de monde en même temps qu’il se lançait un nouveau défi. Passé notamment par Péruwelz et Belœil, le médian de 33 ans va donc retrouver plusieurs fois ses anciennes couleurs cette saison.

Ce sera le cas ce dimanche avec le déplacement à Belœil, un club où Maxime sera resté deux saisons. "J’y ai connu le titre en P2A à l’issue de la première, et donc la P1 durant la deuxième", rappelle-t-il. "C’est toujours gai de revenir dans le coin et ce type de match engendre une petite dose d’adrénaline supplémentaire."

"Pas de panique..."

Concernant son intégration, elle s’est parfaitement déroulée et Maxime ne regrette pas son choix. "Il s’agit d’un club familial, avec un staff et un groupe chaleureux. Au niveau des déplacements, je savais à quoi m’attendre", assure le citoyen de Péruwelz. "Durant la préparation, en juillet et en août, avec les séances et les matches, je devais faire la route cinq jours sur sept, c’était costaud. Mais ici, nous sommes passés à un rythme de travail plus normal."

Anderlues occupe actuellement la dernière place du classement avec deux unités sur quinze, mais Maxime ne s’alarme pas. "Je me doutais qu’il nous faudrait cinq ou six matches pour nous mettre dans le bain. Je ne veux pas me cacher derrière des circonstances, mais il y a eu pas mal de transferts et puis nous déplorons quelques blessés. Mais il n’y a pas péril en la demeure. Maintenant, il faudrait engranger pour éviter que la pression s’installe."