À l’issue d’une rencontre pauvre en spectacle, la RUS a assuré l’essentiel

Cette rencontre aura été beaucoup plus marquée par les cartons jaunes et les exclusions que par les occasions. Le spectacle n’était pas du tout au rendez-vous mais, au final, Belœil engrange trois nouveaux points après ce succès étriqué face à la lanterne rouge.

Il a fallu attendre la 27e pour voir un tir d’Amerkad. Dans la minute suivante, le centre tendu d’Nzuzi passait juste devant le but. Belœil obtenait la plus belle possibilité à la 37e mais la reprise de Delys était détournée du pied par le portier visiteur. En début de seconde période, Aneddam se blessait. On craint une entorse du genou.

Alors que le dernier quart d’heure se profilait, Delitte allait mettre fin à un cafouillage pour ouvrir le score du gauche après une tête de Bronier qui avait été contrée. Belœil avait fait le plus dur. La fin de partie était fertile en exclusions : trois au total.

"Par le passé, quand nous l’emportions sans la manière, je m’énervais. Ce n’est plus le cas maintenant. Ce qui est pris n’est plus à prendre", signalait Sébastien Terlin à l’issue du match. "Mais c’est juste, notre première période était poussive. Nous ne sommes parvenus à sortir que deux ou trois fois et nous avons été dangereux en accélérant. À la pause, j’ai dit aux joueurs que, si nous ne montions pas notre niveau, ce serait difficile. Mais globalement, nous n’avons pas réussi à bien combiner."

Le T1 de Belœil avançait tout de même plusieurs points positifs après la rencontre. "En six, Urbain a réalisé un gros match. Et un Delitte revient bien aussi. Il a pu museler Dell’Aquila, un des bons joueurs de la série. Certains garçons vont revenir dans le parcours aussi et vont avoir du temps de jeu." Colin Delitte, le buteur du jour, estimait que l’arbitre n’avait pas fait un mauvais match, contrairement à l’avis des joueurs d’Anderlues. "Nos adversaires ont perdu le fil du match en s’énervant. Nous devions gagner chez nous et nous l’avons fait. Mon genou n’est pas encore au top mais je me rétablis petit à petit, c’est positif."