Trois représentants du club ont squatté les podiums en Bulgarie

Les sportifs du Boxing Club Barvaux Hamoir ont frappé fort sur les rings, lors des championnats du monde de boxe française. Quatre d’entre eux avaient décroché leur billet d’avion pour la Bulgarie. Et à l’exception de Noémie Piron, 2 e de sa poule et éliminée avec les honneurs, tous ont décroché une médaille mondiale (Lucas Foucart, champion du monde, Mathieu Noirhomme, 2 e , et Julien Vandalem, 3 e ). Lucas Foucart est même parvenu à semer la zizanie dans la délégation française, en s’adjugeant le seul titre sur les seize en jeu qui ne soit pas revenu dans l’Hexagone. Alors que Mathieu Noirhomme s’est paré d’argent, et Julien Vandalem de bronze.

Entraîneur et président du Boxing Club Barvaux Hamoir, Alain Van Dalem dresse évidemment un bilan exceptionnel, voire même inespéré, de la moisson de ses ouailles. "Notre objectif était de ramener deux médailles, une d’argent et une de bronze, et nous en décrochons trois, se félicite ce dernier. Dont une d’or grâce à Lucas Foucard, qui a donc été le seul à battre un Français tout au long de la compétition, que cela soit en poule ou lors des autres tours éliminatoires."

Alain Vandalem peut aussi être fier des prestations du fiston et de Mathieu Noirhomme. "C’était la première compétition internationale de Julien depuis cinq ans, avance-t-il. Il a pris du recul, son travail de pompier lui prend beaucoup de temps. Mathieu Noirhomme a aussi tout gagné avant de s’incliner en finale, dont sa demi contre un Mauricien, au cours de laquelle il a livré un combat exceptionnel."

Avec ses trois podiums, le Boxing Club Barvaux Hamoir a largement contribué à la prolifique moisson de médailles de la Belgique, deuxième au tableau des médailles derrière la France ! "Il y avait 42 pays et 230 participants issus des cinq continents, précise Alain Vandalem. Avec douze boxeurs, la Belgique décroche neuf médailles, devant des grandes nations de la boxe française, comme la Corée et les pays de l’Est. C’est aussi exceptionnel."

Verra-t-on aussi à l’avenir des membres du Boxing Club Barvaux Hamoir briller sur des rings olympiques ? "La boxe française sera au programme à Paris en 2024, comme sport démo, souligne Alain Van Dalem. Le taekwondo avait aussi été un sport démo en Corée, avant de devenir une discipline olympique quatre ans plus tard. On peut donc espérer voir la boxe française devenir à son tour un sport olympique en 2028. Julien Van a 31 ans, il sera trop vieux. Par contre, Noémie, 23 ans, Mathieu, 19 ans, et Lucas, 20 ans, sont encore très jeunes. Les trois seront encore en âge de combattre."