Solières a cruellement manqué d’efficacité en zone fatidique.

Si ce derby n’a pas été de bonne qualité, Waremme a su tuer tout suspense en inscrivant deux buts aux meilleurs moments de la rencontre. Soit à la 44e sur une tête de Bernard qui profitait d’une sortie manquée du gardien adverse et après l’heure de jeu sur un contre bien négocié.

Le coach waremmien Stéphane Demets avait ses explications : "Il est logique que de cette rencontre, on ne retienne que les trois points. Sur un terrain très difficile, ce n’est pas évident de construire du jeu et pourtant, on a essayé en fournissant par moments du jeu. On était présent dans les duels et sur les deuxièmes ballons. On a fait le match qu’il fallait sur un terrain très difficile. Dans ce genre de rencontre, on balance et les deux défenses ont été assez solides. Dans ce genre de match, le ballon peut bien tomber d’un côté comme de l’autre et c’est bien tombé de notre côté avec des buts qui sont tombés aux bons moments."

Un peu plus amer, Philippe Caserini ne jetait pas la pierre à ses joueurs : "Pour moi, cette défaite ne remet pas les choses en question. Dans le football, il n’y a pas de miracles. Il peut y avoir parfois des étincelles mais pas plus ! Outre les absents et suspendus, soit sept joueurs, on a deux ou trois occasions en première période et je n’ai rien à reprocher au groupe sur cette rencontre. On peut juste relever le manque de finition. Waremme est venu jouer le match parfait. Au final, on fait le jeu en début de seconde période et on se fait prendre en contres. On sait qu’on est dans le trou."