Le Liégeois a profité du rendez-vous de dimanche pour mener une action de sensibilisation à la qualité de l’air


Il était venu à Liège 10 km non pas pour briguer la victoire ou une place d’honneur... Julien Charlier voulait profiter de la vitrine de cette course populaire pour faire passer un message. Il a donc franchi la ligne d’arrivée avec un t-shirt imprimé d’un slogan "À Liège, respirer tue" et un masque blanc sur le nez et la bouche. Il n’est bien sûr pas passé inaperçu !

"Une étude sortie la semaine dernière par Greenpeace Belgium a encore montré que la qualité de l’air de nos centres-villes, et de Liège en particulier, était mauvaise et portait atteinte à notre santé. Les publics les plus sensibles sont les enfants, les personnes âgées, les personnes ayant déjà des problèmes respiratoires mais aussi les sportifs, dont les coureurs, qui respirent plus profondément l’air."

Et d’ajouter : "J’ai voulu marquer le coup de mon côté aussi ce dimanche à Liège en sensibilisant un public particulièrement fragile à la qualité de l’air : les coureurs urbains qui respirent profondément l’air pour alimenter leurs muscles en oxygène et qui, malheureusement, en ville, respirent aussi des particules fines, des oxydes d’azote, de l’ozone responsables de problèmes respiratoires. Ces polluants proviennent essentiellement des gaz d’échappement des véhicules à moteur et des systèmes de chauffage des bâtiments. Sur ma page Facebook, j’ai fait quelques recommandations. Par exemple, éviter de courir dans les rues canyons (rues encaissées entre des bâtiments relativement élevés) ; privilégier les endroits aérés, dégagés, tels les parcs, les piétonniers, les espaces dédiés aux piétons ; utiliser des modes de transports alternatifs à la voiture pour venir à son entraînement. Venir en courant peut servir d’échauffement…"