Les Dogues, sous le menace d'un huis-clos, tire la sonnette d'alarme


L'Olympic en a marre du comportement d'une minorité de ses supporters et le fait savoir. Sanctionnés de 500 € d'amende et d'un match à huis-clos avec sursis après des débordements lors du match face à Meux à la mi-septembre, les Carolos ont fait savoir qu'ils souhaitaient un changement du comportement de certains de leurs fans.

"Depuis un certain temps - qui dure depuis quelques années... -, certains énergumènes - on ne peut les définir autrement - de notre club ont pris la très fâcheuse et regrettable habitude de se manifester, quand leur équipe favorite ne produit pas le jeu et surtout le résultat escomptés, par des paroles, des gestes et des attitudes indignes, honteuses et inacceptables", indique le club dans un communiqué. "Ce fut encore le cas le 15 septembre dernier lors de la venue de Meux."

Le club pointe des paroles "déplacées, racistes, voire homophobes" à l'égard du corps arbitral.

"Nous disons stop. La mauvaise humeur, due à des résultats qui ne sont pas ceux souhaités par l'ensemble des sympathisants, ne peut déteindre de cette manière sur le club. Nous ne pouvons plus accepter que des individus ternissent à ce point l'image de marque de notre club mais aussi celle d'une ville et d'une région (...) Il est plus que temps de se ressaissir (...) et nous espérons que les fauteurs de trouble qui liront ceci auront à cœur de faire leur mea culpa et se promettre que cela n'arrivera plus. Au moins, dans ce cas, ce sera la toute grande première victoire de l'Olympic..."