Waterloo et Lasne-Ohain se sont quittés sur un partage logique, malgré trois frappes sur les montants visiteurs.

On a assisté à une véritable partie de billard lors du match opposant Waterloo à Lasne-Ohain. À 1-0, la frappe de Gueye heurta la barre et la reprise de Barrias terminait… sur le poteau (70 e). Le tournant du match. Waterloo loupait la balle du break et allait s’en mordre les doigts puisque les visiteurs égalisaient dans la foulée. "Je suis déçu parce qu’on offre le but égalisateur. On a un corner qui est mal tiré, le ballon revient et le centre est également mauvais. Puis, nous nous retrouvons à deux contre trois en défense et le contre de Lasne Ohain est ultra rapide" , commente Amaury Toussaint, après le partage qualifié de logique par les deux équipes.


Depuis la cinquième minute de jeu, Waterloo prenait les devants. Un coup dur pour les fusionnés. Gueye s’infiltrait dans la défense locale, avant de frapper au but. Pierret repoussait le cuir sur sa barre, mais Tejeda suivait parfaitement. "On a commencé le match en jouant à 50 % de nos possibilités. Le coach n’était pas content à la pause et a poussé une gueulante, à juste titre. Et nous avons bien réagi", affirme Scott Siroux, qui reprit joliment le centre de Prüfer, pour remettre les équipes à égalité.

En fin de rencontre , c’est Lasne-Ohain qui prit le dessus sur les locaux, sans parvenir à prendre l’avance. Les deux équipes se sont finalement quittées dos à dos, après un match plein. "Notre plan, c’était de jouer avec cinq défenseurs et de se montrer patients, parce que Waterloo aime profiter des espaces dans le dos de la défense adverse. Tout a été chamboulé par ce but très vite encaissé. On a ensuite joué en montrant davantage d’intentions offensives", analysait Christophe Collaerts.

Amaury Toussaint était aussi un peu mitigé. "Ce but très rapide nous a mis sur du velours et ça aurait dû nous donner de la confiance. Au final, aucune des deux équipes ne méritait d’être battue."