Avec la disparition du Pôle continental wallon, le Lasnois cherche désespérément

Le milieu du sport est souvent bien ingrat. Alors que le Lasnois Tomas Petit a effectué une saison 2018 au-delà des espérances que l’on pouvait placer en lui, le voilà dorénavant sans formation pour aborder la suite de sa carrière…

La raison ? Son équipe continentale T-Palm - PCW a décidé de mettre la clé sous le paillasson, faute de budget pour poursuivre l’aventure. La décision est dure pour les coureurs puisque la nouvelle est tombée très tardivement, à une période où les équipes intéressantes ont déjà quasi engagé tous les coureurs pour aborder la saison suivante…

Pourquoi Tomas Petit n’a pas anticipé la nouvelle ? Tout simplement car, légitimement, il croyait que le PCW, malgré ses difficultés, allait trouver des solutions d’avenir. Et on ne peut lui donner tort puisque, malheureusement, ces dernières années, sa formation a systématiquement bouclé son budget en dernière minute… Mais pas cette fois !

La situation n’en est dès lors que plus frustrante pour Tomas Petit qui a pris confiance en lui au fil de la saison et qui, finalement, s’est découvert des qualités qui lui ont permis de s’illustrer plus souvent qu’à son tour, notamment au championnat de Belgique pour espoir, alors qu’il a, par ailleurs, eu le plaisir de lever à nouveau les bras au ciel en 2018…

Quel avenir donc pour Tomas ? "Je n’ai malheureusement à ce jour toujours aucune réponse. Je cherche idéalement une équipe en Wallonie mais malgré mes demandes, je n’ai aucun retour…"

Pas très motivant ni rassurant hélas pour le gaillard qui a pourtant de la motivation à revendre pour continuer sa progression… "Je pense que je vais commencer à chercher ailleurs, au Luxembourg car en France, je ne peux pas me le permettre en raison de l’université… Et puis, la Flandre, elle, est bouchée au niveau des formations continentales…"

Triste cyclisme wallon…