Les Liégeoises Aont bouclé les 120 km du Half Marathon des Sables Fuerteventura

Audrey Mattiuz est rentrée dimanche de Fuerteventura (îles Canaries), où elle a bouclé la 2e édition du Half Marathon des Sables. La Liégeoise revient sur cette expérience au coeur d’une course à étapes et en autonomie alimentaire de quatre jours. Une première pour elle.

"Pour des raisons financières avant tout, j’ai décidé de me lancer sur le HMDS plutôt que sur le Marathon des Sables. Je voulais le faire comme défi personnel avant tout. Étais-je capable de survivre à cette expérience hors du commun ? Je me suis dit qu’à deux, ça devait être plus sympa et ma copine Nathalie (Kiriczuk) a de suite accepté. Son but à elle était de prouver qu’il était possible de réaliser un ultra en se nourrissant uniquement de produits du commerce, en évitant les barres et les gels destinés aux sportifs."

Sur place, l es deux Liégeoises ont d’abord dû apprendre à supporter la canicule. Nathalie Kiriczuk est professeur de diététique sportive et son analyse fut primordiale. Gérer le sac est aussi un autre défi : équilibrer le poids, prendre juste assez de matériel, avec toutefois un minimum d’hygiène. Il faut aussi gérer l’eau qui est rationnée. Il en faut pour se laver et pour boire. Audrey Mattiuz a vécu une expérience inoubliable.

"Pour moi, tout s’est bien passé. Bonnes sensations, pas de coup de mou, le cerveau se met en off et la course devient la priorité. Nathalie a elle aussi bien vécu son HMDS. Avec la chaleur, on marche plus qu’on ne court. On s’était entraînées spécialement à la marche rapide et nous avons doublé pas mal de coureurs qui s’étaient mis dans le rouge à cause de la chaleur."

Côté souvenir, Audrey retient les paysages somptueux, mais surtout la complicité avec son amie Nathalie. "On ne s’est jamais disputées, on était complices, de bonne humeur tout le temps. On avait la banane. Il est vrai que nous avions une bonne préparation d’un an derrière nous."

Audrey et Nathalie franchiront la ligne d’arrivée, sur la plage de l’hôtel, main dans la main, avec le drapeau belge. Sourires, étreintes, et quelques larmes…

Bilan 100 % positif pour nos deux Liégeoises qui n’oublieront jamais leur HMDS.


Une première qui en appelle d’autres

 Le HMDS, c’était 120 km en autonomie alimentaire. Le sac, de 8 kg au départ, en pesait trois de moins à l’arrivée. Les deux Liégeoises ont bouclé leur périple en 22 h 58. Le premier a mis 11 h 11 mais n’est pas issu du même monde. La performance n’était pas le but de cette première en “ultra” autonomie.

“Il y aura un après, c’est certain. Même avant de franchir la ligne d’arrivée, je réfléchissais aux expériences à venir, confiait Audrey. Cette expérience m’a donné des idées. Je devrais faire Olne Spa Olne et le Trail des Gueules Noires. Pour le Marathon des Sables, j’hésite encore mais ça reste dans un coin de ma tête. Le prix rebute un peu. Refaire le Half Marathon des Sables ? Je ne pense pas; j’adore changer. Je me disais que je me lancerais bien sur le Half Marathon du Pérou en décembre 2019. Mais tout cela reste à l’état de projet.”