Le Géorgien a décroché son premier titre en +100 kg au Mondial.

Nul n'a oublié sa demi-finale l'an dernier, à Budapest, où il avait bousculé Teddy Riner en personne, mais s'était finalement incliné, perdant également son combat pour le bronze face au Mongol Naidan. À 23 ans, le Géogien Guram Tushishvili a pris sa revanche cette année, à Bakou, où il a décroché son premier titre en +100 kg au Mondial, succédant ainsi à la légende vivante qu'est Riner, présent dans les tribunes.

Opposé à l'Azéri Kokauri, devant son public, Tushishvili a dû patienter près de quatre minutes (3'56 précisément) pour, enfin, se retrouver sur le toit du monde. Un sacre mérité pour le champion d'Europe 2017, encore victime d'un véritable camouflet fin avril, à Tel Aviv, quand le Néerlandais Grol l'avait privé de la médaille de bronze, après une autre surprenante défaite, en demi-finales, des oeuvres du Russe Bashaev.

Visiblement bien préparé à son arrivée dans la capitale de l'Azerbaïdjan, Tushishvili n'a, cette fois, laissé planer aucun doute, remportant ses cinq combats de la journée par ippon. Le Géorgien a ainsi écarté le Roumain Natea, l'Ukrainien Khammo, le Néerlandais Meyer, le Mongol Ulziibayar et, finalement, l'Azéri Kokauri, lequel a décroché, quant à lui, sa première médaille sur la scène internationale.

Pour la petite histoire, le Japonais Harasawa s'est, pour sa part, offert le bronze, portant à... seize, dont sept d'or, le total des judokas du Pays du Soleil levant !