Léopold – HC Minsk 5-0

Cartes vertes : 12e Muschs, 21e De Trez, 23e Korsik

Les buts : 33e Russell sur pc (1-0), 46e Degroote (2-0), 49e Baumgarten (3-0), 58e Baumgarten (4-0), 58e Degroote sur stroke (5-0)


Après sa victoire en demi-teinte de samedi face à Grunswald Poznan (3-1), le Léopold achevait son premier tour en EHL à Barcelone face aux Biélorusses du HC Minsk qui avaient perdu contre les Polonais vendredi matin (1-2).

Sans Manu Brunet (déchirure aux iscios), Robin Geens avait accentué son analyse sur le soin tout particulier qu'il attendait en 3e quart.

Minsk signait le premier mouvement intéressant qui débouchait par une entrée dans le cercle et un mauvais contrôle. En début de partie, le Léo prenait le temps de poser sa structure de jeu sans se ruer immédiatement dans le cercle adverse. Côté bruxellois, Eaton était proche du 1-0 sur une reprise aérienne dos au but qui aurait été spectaculaire. Sur le flanc droit, Russell écartait une incursion dangereuse. Le premier quart n'était pas passionnant. Le round d'observation s'éternisait. Les gardiens regardaient la balle de loin. Trop loin. A la 12e minute, Max Muschs prenait une carte verte.

Baumgarten réveillait tout le monde en chipant une balle à l'entrée des 25 et en armant un bon tir qui était dévié. Le Français était à l'affût sur un rebond mais tapait dans le vide. En une minute, le Léo avait 3 occasions. Les mots de Robin Geens sont passés. Les échanges se durcissaient un peu plus. Minsk répondait aussi par deux actions dans les 25. Le match était enfin lancé. Corentin De Trez prenait une verte pour un léger accrochage au milieu du terrain. Le press du Léo avait des petits ratés, mais la défense rectifiait le tir sur les différentes pertes de balle. Les attaquants manquaient beaucoup de contrôles pour prendre de vitesse les Biélorusses. Cuvelier s'infiltrait bien sur la base line à la 24e minute, mais il perdait son duel. Ce même Cuvelier créait une autre percée, mais il manquait un stick devant le but. Un faux rythme s'installait à nouveau. Englebert levait les bras au ciel de désespoir sur ce kick évident et non sifflé par l'arbitre à la 26e minute. En fin de mi-temps, le Léo accentuait la pression sur la défense adverse. En première mi-temps, la défense de Minsk a formé un rideau suffisamment hermétique pour ce Léo. Soulignons cet arrêt du stick à la 28e minute du portier biélorusses.

Après la pause, les supporters du Léo encourageaient bruyamment les joueurs pour les porter dans ce maudit 3e quart qui démarrait, à la 33e minute, par un premier pc. Cuvelier jouait bien le kick sur le pied adverse. Tous les regards se portaient sur Russell qui avait été efficace contre Poznan samedi. Le verdict était semblable dimanche avec un sleep victorieux (1-0). Dans les duels, le Léo était nettement plus efficace. Le deuxième pc était sifflé à la 37e minute. C'est Tom Degroote qui se chargeait de le tirer. En vain. Pourtant, Russell était sur le terrain. Thiéry jouait très vite une faute dans sa moitié et remontait le terrain jusqu'au cercle. L'action débouchait sur un tir stoppé.


Tom Degroote se retrouvait seul en position de tir. Il armait une frappe puissante qui claquait dans le but (2-0). Le break était fait. Dans la foulée, le Léo provoquait son 3e pc. Le premier sorteur partait trop tôt. Le sleep de Russell était dévié par le gardien. Sur une percée sur le flanc droit, Baumgarten récupérait la balle et la poussait dans un trou de souris entre le poteau et le gardien 3-0 à la 49e.

Physiquement, Minsk accuse le coup face aux accélérations des Belges. Cuvelier armait un tir en revers qui s'écrasait sur la transversale à la 51e minute. Minsk changeait son gardien. Les longs flicks du Léo faisaient mal à la défense biélorusse.

La fin de match était à sens unique. Le Léo se qualifie très facilement pour les huitièmes de finale de l'EHL. Baumgarten ne scellait le score à la 58e minute (4-0). Degroote transformait le stroke sifflé à la 58e minute pour donner au score une allure plus conforme au match (5-0).