Les Tournaisiens ont été sortis de la Coupe d’Europe par les Chypriotes de Strovolou


Le rêve sera devenu réalité mais n’aura pas duré longtemps. L’Estudiantes, pour sa première en Coupe d’Europe, a subi la loi des Chypriotes de Strovolou à l’issue des deux manches jouées à Tournai. Après avoir gagné 31-29 samedi, les Tournaisiens se sont inclinés 28-25 le dimanche.

"C’était historique pour le club et peu de joueurs ont la chance d’écrire une page d’histoire comme celle-ci. C’était inespéré. Au final, le scénario est cruel", indique Brice Lachal. "Nous avons mené de cinq ou six buts lors de la première manche mais nous ne sommes pas parvenus à stabiliser cet écart. Nous abordions le match de dimanche avec confiance car nous avions deux buts d’avance mais en même temps avec une certaine pression."

Plus âgés et plus lourds que les Tournaisiens, les Chypriotes allaient-ils tenir le coup ? "Nous savions qu’ils auraient à cœur de renverser la vapeur mais nous avions aussi reçu des moyens de récupération dignes des grandes équipes avec massages et bain froid notamment", poursuit Brice Lachal. "Bref, nous étions placés dans de bonnes conditions ."

Les joueurs de l’Estu n’avaient pas envie de décevoir leur super public mais ils ont dû courir après le score. "Nous sommes revenus et sommes même passés devant" , ra ppelle Brice. "Malheureusement, en fin de match, nous avons commis trop d’erreurs. On l’a déjà vu depuis deux ou trois saisons, quand nous sommes au pied du mur, nous manquons d’expérience. Nous sommes trop naïfs. Les adversaires avaient une moyenne d’âge de 32 ans. Nous, dix de moins. Ce qui a fait la différence. Nous sommes donc privés d’un voyage à Bucarest, où nous aurions découvert un autre niveau encore. Dommage."