L’Américain a gagné en Corée du Sud et succèsde à Dustin Johnson sur le trône du golf.

Victorieux ce dimanche matin de la NJ Cup en Corée du Sud, avec un score final exceptionnel de 21 coups sous le par, l’Américain Brooks Koepka deviendra, ce lundi, le nouveau numéro un du golf mondial. Ce couronnement parachève une saison exceptionnelle du Floridien, auteur notamment d‘un fabuleux doublé US Open-PGA Championship.

Agé de 28 ans, Koepka symbolise le champion moderne, à la fois puissant dans le long jeu (ses drives dépassent fréquemment les 300 mètres), précis dans les coups d’approche (où sa régularité est impressionnante) et fin tacticien (il maîtrise parfaitement ses nerfs sous pression).

Après une belle carrière d’amateur – notamment sur le circuit universitaire – Koepka a décidé de faire ses classes comme professionnel sur le Challenge Tour européen en 2013. Il participa même à un Telenet Trophy au Royal Waterloo. Un choix totalement inhabituel pour un « rookie » américain mais qui s’est révélé payant. « J’ai appris le métier loin de chez moi, dans un environnement inhabituel. Cela m’a permis de me concentrer à 100% sur le golf » explique ce forçat du travail, petit neveu de Dick Groat, une légende du baseball.

Après avoir brûlé les étapes en Europe (avec notamment un sacre au Turkish Airlines Open de 2014), Koepka a gagné ses galons sur le PGA Tour dès 2015 et sa victoire à l’US Open 2017 l’a fait définitivement entrer dans la cour des grands,

Gravement blessé au poignet début 2018, il est obligé de faire l’impasse sur le début de saison et le Masters d’Augusta. Il savoure une éclatante revanche en s’adjugeant l’US Open sur le diabolique parcours de Shinnecock Hills et, surtout, le PGA Championship, où il domine, sans trembler, un Tiger Woods survolté et en état de grâce.

Certes, à l’instar de ses coéquipiers américains, Brooks Koepka a loupé la récente Ryder Cup de Paris. La rumeur dit même qu’il a eu des mots avec son pote Dustin Johnson. Mais, à l’évidence, cet épisode est déjà oublié. Sa démonstration en Corée en est la plus belle preuve. « Brooks est sans doute le joueur le plus complet de sa génération » a décrété le grand Jack Nicklaus. Tout est dit !