Des trois prétendants au titre, le leader Thierry Neuville est logiquement le seul à pouvoir être déjà sacré dès le prochain Rallye d’Espagne, avant-dernière manche du championnat qui se disputera du côté de Salou fin du mois.

Mais il faudrait un sacré concours de circonstances, surtout quand on sait qu’il devra ouvrir la route le premier jour sur la terre catalane. "Un gros handicap en raison du balayage," souligne Thierry leader avec 7 points d’avance sur Sébastien Ogier et 21 sur Ott Tanak.

Pour devenir champion du monde dans trois semaines, Thierry devra marquer 24 points de plus que le Français et 10 de plus que l’Estonien.

Cela signifie donc qu’il devrait impérativement s’imposer tout en espérant que le quintuple champion n’inscrive que quelques unités et que Tanak ne termine pas sur le podium.

Le genre de scénario fortement improbable. "Il y a de grandes chances pour que le titre mondial se joue en Australie. Et honnêtement, compte tenu de la position sur la route, je préfèrerais débarquer 2e avec cinq points de retard que premier avec cinq d’avance…."

Une stratégie dont on reparlera certainement en Espagne.