Le Rallye de Catalogne continue à passionner les foules avec un nouveau changement de leadership pour la course, Jari-Matti Latvala relayant Dani Sordo, mais aussi pour le championnat virtuel avec Ogier désormais un point devant notre compatriote remonté cinquième du général à 14 secondes du leader et 6.3 du quintuple champion. Rien n'est fait et tout peut encore changer lors de la courte spéciale show à 17h dans les rues de Salou.

Ce Rallye de Catalogne n'arrête pas de rebondir avec un suspense haletant. Après la crevaison d'Ott Tanak ce matin, Dani Sordo était rentré à l'assistance en leader de « son » rallye. Mais le bonheur de l'Espagnol n'a pas duré longtemps. Peu à l'aise lors de la 2e boucle, il a chuté au 6e rang derrière son équipier Thierry Neuville auteur quant à lui d'une après-midi quasi parfaite avec deux meilleurs temps et un deuxième chrono à six dixièmes du scratches de Loeb. De quoi gagner encore une place au classement (5e) mais surtout revenir à 14 secondes à peine du leader Jari-Matti Latvala mais surtout 6.3 de son grand rival Sébastien Ogier.

« On a fait le bon choix de pneus cet après-midi en gardant les tendres alors que beaucoup sont passés aux pluie, » se félicitait Thierry. « Nous avions les bonnes informations de notre équipe météo. Merci à eux. C'était très compliqué dans la dernière avec la boue. On va maintenant essayer de se rapprocher encore un peu de Seb, l'objectif restant de terminer devant lui. »

Car attention, en grimpant au 2ème rang à l'issue de la 13e spéciale, Seb Ogier a pris la tête du championnat virtuel, un point devant Thierry Neuville. « L'après-midi a pourtant été difficile pour nous, » admettait le pilote Ford. « On a reçu de mauvaises prédictions et l'on s'est donc trompé dans le choix des pneus en chaussant les pluies. Du coup, on a perdu pas mal sur Thierry. »

Pour l'instant, deux pilotes, Sébastien Loeb (3e à 9.9 après avoir signé son premier scratch) et Elfyn Evans (Fiesta) s'intercalent encore entre les deux principaux candidats au titre ce qui fait que le Français reprendrait dans l'état actuel des choses, et sans tenir compte de la Power Stage de demain bien sûr, huit unités au pilote Hyundai. Or il en compte sept de retard...

Avec les six premiers groupés en 17.6, la dernière étape de dimanche avec encore quatre spéciales et 60 km chronos sans doute sous la pluie s'annonce fascinante. Seul le pauvre Ott Tanak, huitième n'aura plus voix au chapitre après sa crevaison de ce matin et son tête-à-queue de cet après-midi. Il peut juste encore espérer remonter au 7e rang que devrait logiquement lui offrir son équipier Esapekka Lappi histoire de rester mathématiquement dans la course au titre jusqu'en Australie. « En optant ce matin pour les pneus pluie, j'ai fait le choix le plus sécuritaire en terme de tenue de route. Mais je prenais un peu plus de risques de crever avec une gomme plus molle. Et c'est ce qui est arrivé. Comment je me sens après cela ? Disons que je deviens habitué à ce genre de situation. Je ne peux plus rien y changer... »

Le départ de l'ultime spéciale du jour sur la digue de Salou sera donné à 17h00. « Et il risque encore de s'y passer des choses car c'était déjà une patinoire sur le sec lors des reconnaissances, »nous a confié Nicolas Gilsoul. « Alors je ne vous raconte pas sur le mouillé... »