Le pilote accidenté samedi dans la sixième spéciale du rallye du Condroz s'est exprimé auprès du Nieuwsblad, deux jours après le décès de son copilote et ami Rik Vanlessen.

"Je viens de perdre mon meilleur ami, donc je ne pense pas plus loin pour le moment", confie l'homme âgé de 40 ans.

Est-ce de sa faute? Steve Matterne ne peut donner de réponse actuellement, n'ayant aucun souvenir de la manière dont les choses ont mal tourné. Toujours est-il que la Skoda Fabia R5 a terminé sa course sur le bas-côté après avoir heurté un pylône, avec les conséquences que l'on connait. "Nous voulons voir les images des caméras car il semble qu’on roulait avec une jante abîmée depuis quelques centaines de mètres", avance-t-il tout de même. 

Malgré tout, le sentiment de culpabilité n'est pas évident à chasser. "Je me sens coupable d'avoir été au volant. Je reçois heureusement beaucoup de soutien. La famille de Rik m'a aussi dit que je n'étais pas à blâmer". 

Tous les équipages engagés sur ces épreuves de rallye sont conscient des risques qu'ils prennent, même si la gravité de cet accident reste heureusement rare. Celui-ci ne fait pas exception. "Nous avons tous les deux des enfants", explique le pilote au quotidien flamand. "Nous ne prenions jamais de risques inutiles, mais les risques sont toujours présents dans la vie. Les voitures de rallye sont très sécurisées. Il arrive que des voitures se trompent ou terminent dans le canal, mais c'est généralement sans gravité."