Il a signé la 50e pole de sa carrière en Moto GP, la veille de son 104e Grand Prix.

Marc Marquez, c’est Monsieur 50 %. Depuis qu’il est engagé en Moto GP, il a donc signé en moyenne une pole tous les deux Grands Prix. En Thaïlande, pourtant, cette première place sur la grille de départ n’était pas cousue de fil blanc. Sa chute lors des essais libres le propulsa dans la première qualification et il lui fallait absolument obtenir une place parmi les deux premiers afin de rejoindre le groupe des plus rapides. Marquez n’eut pas besoin de beaucoup de temps pour se centrer sur lui-même afin d’atteindre ce premier objectif. Et, comme si l’exercice était simple, il s’en alla ensuite chercher la pole sans difficulté apparente. Mélange de Michael Schumacher et d’Ayrton Senna, Marquez est en route vers son cinquième titre en Moto GP. Qui peut le battre sur la distance d’une saison ? Aujourd’hui, personne, d’autant qu’il dispose du soutien de Honda, repoussant les légitimes espérances de Ducati. Pas de chance ce week-end pour la marque italienne qui, certes, pourra compter sur la force de frappe de Dovizioso, troisième sur la grille, mais qui ne pourra pas tabler sur l’apport de Jorge Lorenzo, victime d’une violente chute vendredi. Dovizioso, évidemment, sera l’un des challengers de Marquez qui devra aussi se méfier des Yamaha. Elles sont revenues aux affaires et ce n’est pas la deuxième place de Rossi sur la grille qui nous contredira. Le Docteur a rappelé qu’il était toujours au sommet de son art, ce dont, en fait, personne ne doute. La deuxième ligne sera composée de Vinales, Crutchlow et Iannone. La quatrième place de Vinales prouve à satiété que les Yamaha sont de retour. Même la moto privée de Johann Zarco s’est parée de nouvelles ailes plaçant le pilote français en huitième position au départ. Dimanche à 9h (horaire belge), le match sera dantesque.

Et Siméon dans tout ça ? Après sa chute lors des essais libres, notre compatriote était dépité mais il avait bien l’intention de regrouper toutes ses forces pour se montrer à la hauteur du challenge.

« Mes réglages étaient les bons et la Ducati 2017 a répondu à l’appel. Moi aussi ! »

Cette fois-ci, Siméon appartient bel et bien au groupe des derniers chasseurs. Il sera 20e sur la grille précédant son équipier Torres et aussi devant le tandem Lüthi-Redding. Pas mal.