Dans le paddock de Suzuka, le Belge a admis qu’une annonce à son sujet serait faite prochainement.

Stoffel Vandoorne retrouve ce week-end le circuit de Suzuka, un tracé qu’il apprécie et sur lequel il a brillé en 2016 lors de son exil en Super Formula. Le rendez-vous nippon devrait normalement être le dernier où l’avenir du Belge est encore inconnu. Dans le paddock de HondaLand, il a reconnu toutefois qu’il y avait peu de chances de le revoir dans une Formule 1 en 2019, y compris en qualité de réserviste. « Mes chances de piloter une F1 l’an prochain sont quasi nulles », souligne-t-il. « Mais j’ai ma petite idée sur ce que je ferai l’an prochain. Vous saurez de quoi mon futur sera fait très bientôt. »

Quand on entend par là « très bientôt », cela veut assurément dire « dans quelques jours ». Stoffel est pressenti pour trouver refuge chez Mercedes-HWA dès la fin de cette année en Formula E. Or, le duo de pilotes de la formation allemande sera dévoilé le 8 octobre, soit au lendemain du Grand Prix du Japon ! Vandoorne ne pipe mot sur le nom de son futur employeur, ce qui ne l’empêche pas de se livrer à une anecdote croustillante. « J’évalue évidemment des opportunités dans d’autres championnats depuis longtemps », reconnaît Stoffy. « Evidemment, la Formula E et l’IndyCar représentent des opportunités sérieuses. En attendant, je sais que tout se dit et se contre-dit à mon sujet. On a même dit que je serai en Nascar l’an prochain (rires) ! »

L’affaire des consignes d’équipe chez Mercedes fait polémique dans le microcosme de la F1 depuis quelques jours. Un incident que Stoffel préfère prendre avec le sourire. « Cela ne risque pas d’arriver chez McLaren vu qu’on est derniers (rires) ! Plus sérieusement, je pense qu’on a eu droit à un triste spectacle et que c’est désolant pour les fans. Cela ne devrait jamais se produire de la sorte. »

Avec un équipier coutumier du fait et politique à foison, voilà une déclaration plutôt cocasse...