Mogi Bayat et Dejan Veljkovic sont principalement visés. Ivan leko passe la nuit en cellule. Herman Van Holsbeeck a été remis en liberté.

L’opération avait été préparée minutieusement pour éviter toute fuite.

Le risque était d’autant plus grand que 184 policiers étaient mobilisés, avec la PJF du Limbourg en première ligne. Leurs collègues de toutes les provinces flamandes mais aussi de Bruxelles, Brabant wallon, Mons et Liège les ont épaulés. Dans certaines unités, il avait été dit aux policiers concernés que l’opération menée à l’aube avait trait à du terrorisme pour faire diversion.

Ces 44 perquisitions menées ont eu l’effet d’une bombe car la moitié des clubs de football de D1 – dont les 5 grands, Anderlecht, Bruges, Standard, Genk, Gand – étaient visés. À chaque fois, ils ont emporté des documents. Les clubs ont dit leur étonnement, indiquant, comme pour se dédouaner, que ce sont les seuls contrats joueurs qui étaient visés.

De grandes figures du football, comme l’entraîneur de Bruges, Ivan Leko et l’ancien manager d’Anderlecht, Herman Van Holsbeek, ont été emmenées pour être interrogées à la PJF de Hasselt. Certaines auditions se prolongeaient la nuit.

Il y a aussi des personnalités plus sulfureuses, comme l’avocat Laurent Denis désinscrit récemment du barreau de Bruxelles. Ancien avocat de La Louvière, il avait été condamné à un an avec sursis dans le scandale des matches truqués autour du Chinois Zheyun Ye.

Toutes les personnes interpellées ont des liens avec les deux personnes au centre de cette enquête lancée il y a un an. L’Unité des fraudes sportives de la police avait obtenu des indications de transactions financières suspectes au niveau de la D1. Deux noms revenaient avec insistance  : Mogi Bayat et Dejan Vejlkovic. Le second a surtout été actif à Lokeren et Malines.

Mogi Bayat, l’agent le plus influent du championnat belge, habite dans le Brabant wallon. Il a reçu la visite des enquêteurs à l’aube. Son avocat, Me Jean-Philippe Mayence, déplore ainsi les conditions de l’arrestation du célèbre agent de joueurs : “Ils sont arrivés à l’aube chez lui. Ils étaient tous cagoulés et armés. Ils ont défoncé les portes et même posé une arme sur la tempe de l’épouse de mon client, le tout devant les enfants.”

Ces agents de joueurs auraient développé un système élaboré qui permettait de dissimuler des commissions. On sait que lors du transfert d’un joueur, de nombreuses parties, a priori très éloignées du club ou du joueur, peuvent intervenir.

Ces commissions et rétro-commissions échappaient au regard du fisc ou de toutes les parties du contrat. “Elles portaient sur les transferts des joueurs et sur les salaires de joueurs et d’entraîneurs ainsi que d’autres paiements”, indique ainsi le parquet fédéral, qui chapeaute l’enquête.

Cela explique qu’à côté des perquisitions menées en Belgique, il y en ait eu dans d’autres pays : France, Luxembourg, Chypre et des pays nés de l’ex-Yougoslavie. Les autorités chypriotes, qui ont arrêté un homme qu’ils livreront à la Belgique, ne sont pas toujours très regardantes sur les activités de certaines de leurs banques.

Peut-on parler d’une mafia des agents de joueurs, qui étaient de cheville  ? Non, car ceux-ci agissaient indépendamment les uns des autres. C’est le premier volet de l’enquête qui ne pourrait, à première vue, concerner que de manière lointaine le supporter de football car il est purement financier.

Mais l’enquête va bien plus loin. Au cours de l’enquête, relate prudemment le parquet fédéral, les enquêteurs ont découvert des indications comme quoi il aurait eu une “influence possible sur les matches de la saison de compétition 2017-2018”. Le parquet fédéral a dès lors demandé au juge d’instruction de creuser plus en avant.

Quels matches sont-ils concernés  ? Au haut niveau  ? Pour éviter la descente d’un club en D2  ? Le parquet se refuse à citer des rencontres.

On sait cependant que Westerlo a porté plainte, estimant que le match Courtrai – Mouscron, qui a permis au second de garder sa place en Division 1 au détriment de Westerlo, n’était pas régulier.

Le parquet ne confirme pas ce lien avec Westerlo. Mouscron, pas plus que Charleroi qui est dirigé par le frère de Mogi Bayat, ne figurent parmi les clubs qui ont été sélectionnés.

L’affaire est d’autant plus grave que deux arbitres réputés Bart Vertenten et Sébastien Delferière ont été interpellés.

Malines, dont trois dirigeants figurent parmi les personnes emmenées pour interrogatoire, est particulièrement visé. Deux journalistes régionaux flamands ont aussi été interpellés. Aucune partie du monde du football n’est donc épargnée. Dejan Vejlkovic a été emmené au poste avec son épouse tandis que la police… serbe a interpellé le père de Dejan, son frère et son neveu. En Serbie, cinq perquisitions ont eu lieu et une somme de 800.000 euros a été saisie  !

Tout cela explique les qualifications d’organisation criminelle, de blanchiment et de corruption privée retenues par le parquet. Aucun mandat d’arrêt n’est attendu avant jeudi. Les personnes interpellées – comme suspects et non comme témoins – étaient toujours entendues dans la nuit. Si elles sont présentées à un juge pour inculpation, éventuellement pour mandat d’arrêt, ce sera jeudi. Et il pourrait y avoir des surprises…

Vers 21 heures, on apprenait qu’Herman Van Holsbeeck avait été remis en liberté. Le juge d’instruction de Hasselt n’aurait pas estimé devoir l’entendre en personne dans son cabinet. Son avocat indique qu’il est libre sans inculpation.

Ivan Leko reste pour sa part en cellule pour la nuit alors que Mogi Bayat en Dejan Veljkovic n’avaient pas encore été entendus. Le parquet a 48 heures pour le faire.

Trois haut placés de Malines emmenés pour audition

Trois personnes impliquées dans la direction du FC Malines ont été emmenées pour audition, probablement à Louvain, dans le cadre de l'enquête sur une suspicion de fraude dans le milieu du football, a indiqué mercredi soir Johan Timmermans, le président de ce club. Il s'agit d'Olivier Somers, l'actionnaire principal du FC Malines, de Thierry Steemans, son directeur financier, et Stefaan Vanroy, son directeur sportif.

Le parquet a également saisi plusieurs documents administratifs de (ex-)joueurs liés aux agents suspectés dans ce dossier.

Johan Timmermans n'a reçu aucune information de leur part ni du parquet, confie-t-il encore.

La carte des perquisitions:
© DR

Deux journalistes auditionnés et toujours privés de liberté

Les deux journalistes, du Nieuwsblad et du Laatste Nieuws, qui ont été entendus dans le cadre de l'enquête de fraude à grande échelle dans le milieu du football sont toujours privés de liberté. C'est ce qu'indique mercredi soir Pol Deltour, secrétaire national de l'association flamande des journalistes VVJ. "Je n'en sais pas plus sur ce dossier en termes de contenu. Je sais par contre, grâce à des contacts avec les rédactions du Nieuwsblad et du Laatste Nieuws, que les deux journalistes sont encore privés de liberté", affirme-t-il.

Les deux correspondants sportifs régionaux, qui suivent tous les deux de près le FC Malines, sont vraisemblablement entendus pour leurs contacts avec Dejan Veljkovic, décrit comme "l'agent maison" notamment du club malinois.

"Les rédactions ont le sentiment que, dans leur cas, il s'agit davantage de vexations ou de brimades et ne voient pas ce que leurs journalistes ont pu faire de mal", confie encore Pol Deltour. ""Il est vrai qu'en tant que journalistes sportifs, ils sont proches du FC Malines et que, grâce à ces contacts intensifs, le procureur peut éventuellement obtenir des informations. Mais cela ne signifie pas qu'ils ont mal agi", ajoute le secrétaire national de la VVJ.

L'UEFA remplace Sébastien Delferière qui devait siffler en Ligue des Nations en Georgie

Entendu mercredi dans l'enquête sur les possibles fraudes dans le football belge, l'arbitre Sébastien Delferière ne dirigera pas le match de Ligue des Nations prévu samedi entre la Géorgie et Andorre, a annoncé l'UEFA, l'Union européenne de football mercredi.

Il est remplacé par le Chypriote Leontios Trattou.

Une vaste enquête sur des faits présumés d'organisation criminelle, blanchiment d'argent et corruption privée dans le cadre de la division 1A de football a conduit mercredi à la réalisation de 57 perquisitions, dont 44 en Belgique, notamment dans une dizaine de clubs de l'élite.

Plusieurs figures importantes du football belge ont été interpellées, parmi lesquelles l'un des agents de joueurs les plus influents du pays, Mogi Bayat, l'ancien manager d'Anderlecht, Herman Van Holsbeeck, l'entraîneur du club vainqueur du dernier championnat, Ivan Leko, et deux arbitres de premier plan (Sébastien Delferière et Bart Vertenten).