Vanhaezebrouck sait que la tâche sera "très difficile", mais il espère créer la surprise, comme l’Étoile rouge contre Liverpool

René Weiler aurait été tout stressé après un 1 sur 9, mais Hein Vanhaezebrouck était détendu à son dernier point de presse.

Le 2-2 du Fenerbahçe à Galatasaray tombe à un mauvais moment ?

"Nous avons aussi gagné, à Beveren. Mais en Belgique, on dit que cela ne change rien. C’est le match de la dernière chance."

Une victoire est obligatoire.

"Trois victoires sont obligatoires. Sinon, on ne se qualifiera pas. C’est très difficile de venir prendre des points à Fenerbahçe. Mais on n’a pas le choix. On n’a qu’à s’en prendre à nous-mêmes. On a fait des cadeaux dans nos trois premiers matches."

Comment éviter de faire les mêmes erreurs.

"On n’a pas l’intention d’en commettre dans chaque match. Si on parvient à éviter de faire des erreurs, on peut peut-être créer la surprise. Ce ne serait pas la première. L’Étoile rouge a bien battu Liverpool… Tout le monde peut avoir un mauvais jour. Mais on ne doit pas penser à marquer trois ou quatre fois. Essayons d’abord de garder le zéro. Ce serait super. Si on encaisse un but, on peut encore faire un bon résultat. Mais n’encaissons pas plus que cela."

Est-ce que le 0-4 de Bruges à Monaco vous inspire à faire la même chose ?

"Je ne regarde jamais ce que les autres équipes font. Je suis content pour Bruges et pour le football belge. C’est important pour le coefficient. On va aussi essayer de prendre des points, afin de garder la bonne position de la Belgique au ranking européen. N’oublions pas que la Belgique peut perdre son ticket direct pour la Ligue des Champions si le coefficient baisse."