Le Néerlandais, intouchable actuellement, ne respecte pas, à la lettre, le régime alimentaire classique du cycliste professionnel.

La VRT, a suivi, pour son programme Over Eten, Mathieu Van der Poel durant le Hotondcross à Renaix. Une épreuve que le Néerlandais avait, bien entendu, gagnée le 7 octobre dernier.

Ce reportage permet d’en savoir un peu plus sur les habitudes alimentaires du champion d’Europe de cyclo-cross, déjà vainqueur treize fois cet hiver. "J'essaie d'éviter toutes les friandises au petit-déjeuner, car elles contiennent beaucoup de graisse. C'est difficile, mais je garde cela pour le soir. Je veux aussi éviter la farine d'avoine les jours de course, car les fibres se digèrent plus difficilement", témoigne Mathieu Van der Poel avant le départ de l’épreuve.

Le cyclo-cross se dispute à haute intensité sur un laps de temps très court. Une spécificité qui oblige les participants à adapter leur ration alimentaire lorsqu’ils s’élancent dans les labourés. "Je mange plus les jours d’entraînement que les jours de compétition. Pour un cross, je préfère avec un estomac presque vide au début car l’effort est maximal dès le départ. Une course sur route commence plus lentement, alors vous avez le temps de tout digérer. Et vous avez aussi besoin de réserves."

Après une heure d’échauffement, Mathieu Van der Poel se ravitaille trois heures avant le début de la course. Le champion du monde 2015 mange alors une assiette de pâtes, avec du jambon, du fromage et beaucoup de ketchup. "C'est le meilleur. Je mange ça tous les jours de course. J'ajoute beaucoup de sel à ma nourriture, surtout quand il fait chaud. Et quand il fait très chaud, notamment dans une course par étapes, je mets encore plus de sel", détaille le Néerlandais.

Les habitudes alimentaires de Mathieu Van der Poel, qui paraissent déjà assez originales, le sont encore plus si l’on se réfère aux collations d’après course prises par le coureur Corendon-Circus. Après sa victoire à Renaix, le Néerlandais a en effet commandé des frites avec du ketchup. "Mais je ne me sens pas mal du tout. Je suis ravi. Bien sûr, vous ne pouvez pas vous passer de graisse, n'est-ce pas?" Et lorsqu’on lui demande s’il irait plus vite en faisant le sacrifice de cette petite entorse au sacro-saint régime alimentaire du cycliste, Mathieu Van der Poel reste mystérieux en répondant : "Peut-être, peut-être pas." Les adversaires du Néerlandais espèrent sans doute que non...