De retour de blessure, Niels Marnegrave ne pouvait cacher sa déception à l’issue de la rencontre

Opposé à Malines, le Spirou savait que le match ne serait pas facile et les Carolos ont parfaitement débuté la rencontre, menant rapidement de près de quinze points à la pause (57-43). Mais au retour des vestiaires, de manière assez incompréhensible, les Sambriens ont déjoué pour voir les visiteurs recoller au score et même repartir avec la victoire (85-87). "On ne va pas se mentir : c’est une grosse déception", reconnaissait Niels Marnegrave, le meneur carolo de retour de blessure.

Mais comment expliquer ce revirement de situation ? "En première mi-temps, on a été très bon en attaque mais défensivement, encaisser 43 points, c’est de trop, surtout à la vue de nos dernières prestations." Malgré tout, les choses étaient bien embarquées pour les joueurs de Brian Lynch, bien emmenés par un Alex Libert des grands soirs.

Par contre, au retour des vestiaires, la main chaude des joueurs du Spirou s’est transformée en glaçon ! "Malines a pris le pari de jouer en zone pendant vingt minutes, nous laissant beaucoup de shoots ouverts, note Niels Marnegrave. Mais contrairement à la première mi-temps, plus rien ne rentrait. Je ne pense pas que ce soit leur pression défensive qui nous a fait déjouer car on a eu beaucoup de shoots seuls mais ça ne rentrait plus."

Pourtant, pour le meneur carolo, ce n’est pas en seconde mi-temps que le Spirou perd ce match. "On aurait dû tuer la rencontre en première mi-temps. Avec notre réussite en attaque, si on avait mieux joué en défense, le match aurait été plié. On savait que Malines était une équipe capable de prendre feu et cette défaite, c’est un gros coup pour l’équipe après nos dernières belles prestations."

Les Carolos devront déjà se reprendre ce mercredi en Fiba Europe Cup en déplacement à Karsiyaka (qui s’était imposé au Spiroudome il y a quelques semaines) avant d’affronter Liège en championnat vendredi.